Quelle justice pour les victimes des Khmers rouges?

Quand ma mère – qui nous a sauvés, mes quatre frères et soeurs et moi, de la famine sous les Khmersrouges en 1976 – est décédée, en octobre 2009, à l’âge de 73 ans, j’ai compris que, pour elle, justice tardive avait fini par être synonyme de déni de justice.



Ma mère, bouddhiste pratiquante, avait coutume dedire que, quoi qu’il advienne aux responsables khmers rouges dans leur vie actuelle, la justice karmiques’imposerait dans la suivante : ils renaîtraient sous forme de cafards. Je suis sûr que cette conviction a aidédes millions de survivants à accepter que, plus de trente ans après la chute des Khmers rouges [en 1979,après près de quatre ans au pouvoir et 1,7 million de morts], pas un seul de leurs chefs n’ait été condamné. Leia a opinião de Sophal Ear (sobrevivente da ditadura dos Khmers Vermelhos) publicada no Courrier International em 22/07: Quelle justice pour les victimes des Khmers rouges?

Enviado por Luciana de Paula

Anúncios

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s